top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurAsma SLITI

5 Bonnes pratiques pour un questionnaire efficace

Les études marketing sont essentielles pour toutes les entreprises pour connaître ses cibles, comprendre leurs comportements et améliorer l'expérience de ses clients. Réaliser des enquêtes est donc une pratique courante et indispensable. Afin de se démarquer, il est important de concevoir un questionnaire de bonne qualité afin de collecter une information complète et pertinente. Dans cet article nous abordons 5 bonnes pratiques.


La première bonne pratique consiste à "commencer par le solfège". Avant de rédiger les questions, il est important de réfléchir longuement à la problématique et aux objectifs de l'étude. Il faut également bien définir le périmètre de l'étude, les unités statistiques interrogées et les différents indicateurs à collecter. En posant ces bases, nous pouvons commencer à rédiger le questionnaire.

La deuxième bonne pratique est de "se glisser dans l'entonnoir". Cela signifie que les questions d'identité doivent être posées à la fin du questionnaire, tandis que les questions principales doivent être posées au début. Cette approche permet d'obtenir une vue d'ensemble avant d'entrer dans les détails. L'utilisation des affichages conditionnels des questions et la possibilité de réorganiser la liste des variables sont également des astuces utiles.


La troisième bonne pratique consiste à "se mettre à la portée de sa cible". Il est essentiel de parler la langue du répondant et d'adapter la rédaction en fonction de sa culture. En utilisant des termes simples, en évitant les abréviations et en formulant des questions adaptées à chaque cible, on favorise la compréhension et l'engagement des répondants.

La quatrième bonne pratique est de "parler simple et efficace". Il est préférable d'éviter les questions longues et complexes, en privilégiant des formulations claires. Il est également recommandé d'éviter les adverbes et les formulations implicites d'opinion. En proposant des réponses pragmatiques et en évitant les questions à double sens et les questions interro-négatives, on facilite la tâche des répondants et on obtient des résultats plus fiables.


Enfin, la cinquième bonne pratique concerne la nécessité d'avoir un "questionnaire épuré". Il est important d’adopter 3 couleurs maximum dans la palette couleur, de bien choisir les types d’affichage des questions (cases à cocher, échelles, liste déroulante, curseur numérique, etc.), d’optimiser la navigation (navigation séquentielle par exemple) et d’intégrer des visuels pour remplacer une présentation longue afin d’obtenir des données de meilleure qualité.



En suivant ces cinq bonnes pratiques, vous pouvez concevoir des questionnaires efficaces et pertinents. Ces conseils vous aideront à obtenir des réponses de qualité et à maximiser le taux de réponse à vos enquêtes.




Comments


bottom of page