Rechercher
  • Chantal Maugis

Le quali en visio : vers la fin du présentiel ?

Confinements, limitation voire crainte des déplacements et des regroupements, port du masque obligatoire… l’année 2020 a fortement mis à mal les modes de recueil qualitatifs traditionnels. Face à ces nouvelles contraintes et afin d’assurer la continuité des études, les entretiens et focus groups en distanciel ont été plus systématiquement proposés et pratiqués par les Instituts d’études ces derniers mois.

Au-delà des blogs, forums, chat déjà largement utilisés auparavant, l’essor de la visio pour la réalisation des entretiens et des focus groups a marqué ces derniers mois.

Riche de cette expérience et, avec le recul, quel regard porte notre équipe quali Sphinx sur ces modes de recueil traditionnels déclinés en visio ? La visio doit-elle rester une solution de contournement ‘astucieuse’ ou sonne-t-elle le glas du présentiel ?


Les entretiens et focus groups en visio : des avantages logistiques et financiers certains


Quel qualitativiste n’en n’a pas rêvé : simplifier la lourde logistique du présentiel ?

Avant tout, la visio ‘allège’ indéniablement les terrains quali (plus de réservation de salles avec parfois des dispositifs de retour vidéo à prévoir, de déplacements à organiser etc.).

Une simplification qui va de pair, bien entendu, avec une réduction des coûts de production et de vente. Un atout certain pour le client final mais aussi un atout pour le qualitativiste qui peut ainsi dégager davantage de temps pour ses autres missions (analyse, relation client, développement commercial…).


Les focus groups à distance : des vertus multiples


La visio permet, enfin, de réunir facilement des participants de tous horizons !

Au-delà du simple aspect pratique, la levée de la contrainte géographique permet de disposer de viviers de recrutements plus larges et de sélectionner encore plus finement les profils des participants. Sur des cibles rares ou professionnelles, par exemple, il s’agit d’une opportunité significative.

Jusqu’à cette crise de la Covid19, l’idée de créer une dynamique de groupe par écrans interposés n’était pas communément admise. Mais force est de constater qu’à la faveur des confinements, les cibles ont été amenées à expérimenter toutes sortes d’échanges virtuels, dans les sphères professionnelle et privée et ont ainsi acquis une réelle aisance avec ce nouveau canal de communication. Avec une animation de qualité des focus groups, la prise de parole est spontanée, les discussions entre les participants s’établissent facilement, les interactions sont réelles, comme dans un focus group en présentiel en somme.

De surcroit, nous découvrons des avantages aux focus groups en visio avec, parmi ceux-ci, une tendance à minimiser la pression du groupe et les phénomènes d’inhibition ; chacun prend la parole plus volontiers et ‘se raconte’ librement avec un moindre souci du regard et jugement d’autrui.

Enfin, les modules de chat privé avec l’animateur assurent une constante interaction avec le client observateur qui peut injecter des relances et demandes d’approfondissement instantanément au moment même où le sujet est abordé.


Les clés du succès


Il est impératif de disposer d’un outil convivial, facile d’appropriation par tous (connexion facile, fluidité ergonomique, module de chat de groupe et privé…).

Alors qu’ils étaient déjà importants, l’énoncé et le respect des consignes préalables (s’isoler, essayer l’outil avant la réunion, ne dédier le créneau qu’à cet échange) deviennent d’autant plus essentiels à la réussite des sessions.

Enfin, l’animateur doit adapter et non transposer les techniques d’animation et de passation d’entretien habituelles. Notons à cet égard plusieurs règles propres aux focus groups en visio : un moment important de familiarisation collective avec l’outil permet de briser la glace entre les participants (les uns ayant tendance à aider les autres), la consigne doit être de laisser le micro et la caméra activés pour favoriser la spontanéité des échanges, il est essentiel de maintenir la pause-café. Ce sont là des astuces ; il revient à chaque animateur de faire ses armes et trouver ses marques en visio…


Mais alors quel avenir pour le présentiel ?


Non, la visio n’enterre pas le présentiel. Il faut garder en tête que ce mode de contact opère sur des cibles à l’aise avec les outils numériques (en particulier les cibles professionnelles).

Notons également que l’interface de l’écran a tendance à occulter la perception du non-verbal et les ‘vibrations’ du groupe… Avec la visio on capte essentiellement le conversationnel.

Lors des focus groups en visio, les équipes d’études n’ont plus l’occasion de partager ce moment d’observation long, exclusif et précieux, aux côtés du client, derrière la glace sans tain. Ce temps passé dans ‘l’intimité’ du client, permet la captation en direct des réactions des équipes aux échanges issus des focus groups et se révèle souvent très éclairant sur ses enjeux stratégiques. Ce moment propre au présentiel constitue une opportunité unique pour un Institut de comprendre les problématiques de son client puis de construire ou renforcer sa relation avec lui avec une offre d’études adaptée.

Pour finir, les outils et plateformes, souvent développés dans l’urgence de la crise ne sont pas encore optimum. Aujourd’hui le confort du recueil en visio reste perfectible.


Pour ces raisons, les modes de recueil quali en visio ne viennent pas se substituer au présentiel. Ils sont à considérer comme une nouvelle corde à l’arc du qualitativiste lui permettant de répondre encore mieux aux problématiques et contraintes de ses clients et de ses cibles.


2 vues0 commentaire